Ecotroll 39 / Meta le 25 juillet 2009

Ecotroll 39 / Meta le 25 juillet 2009

La construction en STRONGALL

Pourquoi Michel JOUBERT, architecte naval expérimenté, et Joseph FRICAUD, ancien constructeur de robustes bateaux métalliques, ont ils imaginé le STRONGALL    ?

Parce qu’ils pensent que la construction aluminium traditionnelle permet, certes, de réaliser des unités adaptées à la compétition, mais en revanche, ne répond pas sérieusement aux préoccupations de ceux qui savent qu’un jour, inévitablement, on se trouve confronté à des forces naturelles imprévues, on touche un rocher, on percute un obstacle flottant ou bien on rate un accostage !

Trop de plaisanciers mal informés amalgament acier et aluminium sans autre forme de procès.

Pourtant, voilà bien deux métaux qui n’ont absolument rien de commun.

Le premier (densité 7.85) est relativement facile à souder dans toute les épaisseurs courantes.

Le second (densité 2.65, soit presque trois fois moins que l’acier) est infiniment plus délicat à souder avec sécurité dans les épaisseurs retenues en construction aluminium traditionnelle, cela tous les experts en métallurgie le déplorent, et malheureusement, les trop nombreux drames de mer régulièrement relatés par la presse nautique n’ont rien d’étranger à ce postulat.

Strongall par Jean-Yves TERLAIN

Strongall par Jean-Yves TERLAIN

LE STRONGALL  N’A STRICTEMENT RIEN A VOIR :

Les coques construites suivant ce procédé breveté sont très fortement échantillonnées: les bordés aluminium sont 2.5 à 3 fois plus épais qu’en construction aluminium traditionnelle et chaque tôle (ployée sous faible contrainte), garde sa “mémoire élastique” avec sa résistance à 100%.

La très forte épaisseur des bordés permet, en outre, des soudages sous très fort ampérage, sans risque de déformation des coques : ceci est capital ; en effet, le soudage sous très forte intensité supprime radicalement tout risque de “collage” des soudures, “collages” qui restent malheureusement (en l’état actuel de la technologie) indécelables en radiologie comme aux ultrasons.

Par ailleurs, une protection par sablage et zingage inorganique silicaté (agréée par le Naval Civil Engineering Laboratory) garantit contractuellement une protection anti-électrolyse absolue.